bb3838a2779331d872aea25a7e2e83c9

La vie demande à être poétisée pour échapper au terne et au plat le plus creux. Cela devrait être une lapalissade et une évidence pour tous. Pour autant décoller dans les étoiles sans être arrimé au sol mène souvent à retomber comme une crêpe et s'effondrer au sol telle une fusée folle.

Le triste destin d'un Hölderlin enfermé dans sa tour et sombrant dans la folie d'une dissociation paranoïde (incapable de fonctionner logiquement à l'aide de son "cerveau gauche" et valsant sans arrêt d'une notion à son contraire sans plus rien pouvoir fixer, balloté par un "sturm" continu sans jamais atteindre une terre ferme) et de tant d'autre génies poétiques auxquels la mémoire collective vient rendre un mérité hommage nous avertit du triste sort qui nous attend dès lors que nous oublions le concret. http://cielam.univ-amu.fr/node/1987

A la place d'enserrer le monde sensible d'une vie nouvelle qui l'exhausse et lui confère sens et plénitude http://www.juanasensio.com/archive/2014/11/12/le-verbe-nu-meditation-pour-la-fin-des-temps-d-armel-guerne.html, nous sombrons de suite dans la nostagie complaisante propre à un monde englouti et perdu à jamais ("sehnsucht"), doublé la négation de la réalité aux profits du rêve chimèrique de retour à l'état initial de l'enfance.

Dans ces conditions tragiques, on comprend que l'adjectif "romantique" vient discréditer toute tentative de poétiser et de "sur réaliser" le monde qui nous environne comme sa propre vie. Rangé au catalogue des licornes et du bestiaire d'un Moyen âge révolu, il sonne comme un adieu définitif plutôt qu'un renouveau envisageable. Pourtant, l'aube crépusculaire et l'aurore naissante annoncent les sonnailles d'une évolution possible.

Le "cor enchanté de l'enfant" résonne encore à nos oreilles non comme une image du passé mais un futur anticipé. En effet le romantisme historique est juste un "avatar" d'un romantisme plus profond et primordial dont il représente le vêtement et la ramure. Le romantisme est tout simplement un roman, le roman de la vie qui s'écrit au présent. 

Ce roman s'écrit et se vit selon un scénario, comme une pièce de théâtres avec ses personnages qui mêlent présent passé et futur dans un seul point continu où s'entrecroise sur une scène des acteurs physiques et imaginaires. La trame obéit à une logique non définie à l'avance mais régie par des principes rigoureux et "scientifiques" au sens de la Natur Philosophie de Goethe, sa métamorphose des plantes et vision originale des couleurs de l'existence. 

A la place de suivre à l'aveuglette des sensations par nature trompeuses et des impressions brumeuses globaes et floues, elle redessine les contours et les esquisses d'un tableau vivant de l'existence orienté vers le Beau le Bien et la nature kaléidocopique du réel qui entrelace tous les niveaux de sens et de réalité.

De là se (re)compose à l'infini une unité toujours nouvelle et plus profonde.